Les stars européennes de l’IA sortent de l’ombre américaine
Les stars européennes de l’IA sortent de l’ombre américaine

intelligence artificielle
Crédit : Pixabay/CC0 Domaine public

Les sociétés européennes d’intelligence artificielle sont éclipsées en richesse et en cachet par des géants américains comme OpenAI et Anthropic et leurs dirigeants charismatiques.

Mais la conférence des startups VivaTech à Paris cette semaine permet aux fondateurs des trois plus grandes entreprises du continent de faire preuve d'un peu de sens du spectacle pour lequel leurs homologues américains sont célèbres.

—Arthur Mensch, Mistral AI

Le Français Arthur Mensch, qui a fondé Mistral AI il y a à peine un an, a été le premier à monter sur scène à VivaTech, remplissant la scène principale.

Avec une expression intense et des cheveux ébouriffés, il a rejoint une table ronde sur l’IA, la confiance et les médias.

Il a mis en garde contre une domination des entreprises américaines dans le domaine de l'IA, en particulier avec des outils destinés aux journalistes, ce qui, selon lui, pourrait conduire à un scénario dans lequel « les entreprises américaines donnent le ton éditorial au monde entier et dictent essentiellement la façon dont nous devrions penser les choses ».

"Et c'est vraiment quelque chose que nous voulons éviter, en fabriquant notre propre technologie à partir d'Europe et en nous adressant à l'ensemble du marché mondial", a-t-il déclaré.

Mensch a déjà travaillé chez DeepMind de Google et a fondé Mistral avec deux de ses compatriotes, qui étaient également des vétérans de grandes entreprises technologiques américaines.

Les trois ont parié sur des modèles d’IA open source, qui génèrent du texte à partir de requêtes en langage simple.

Ils sont plus simples et moins chers que ceux de leurs géants rivaux américains, et Mistral a levé plus de 400 millions de dollars lors de son dernier tour de table.

—Jonas Andrulis, Aleph Alpha

L'Allemand Jonas Andrulis, au début de la quarantaine, avec une barbiche parfaitement taillée et le crâne rasé, sape l'apparence sévère avec un esprit sec et des réponses directes.

Mercredi, lors d'un panel sur la souveraineté de l'IA, il lui a été demandé son avis sur la loi européenne sur l'IA.

Sa réponse immédiate – « fortement négative » – fut prononcée avec un sourire complice.

Il a déclaré en fait qu'il soutenait le texte final de la loi et qu'il était plus ennuyé par la durée des "manigances de planification et de réglementation".

Andrulis, qui a passé trois ans à travailler pour Apple, est plus susceptible que ses homologues européens de prononcer le genre d'hyperbole pour laquelle les fondateurs américains de la technologie sont connus.

Il a régulièrement parlé de la capacité de l’IA à donner des « superpouvoirs » aux humains et a récemment déclaré que l’agent IA de son entreprise était essentiellement « conscient ».

Il a profité de son intervention à VivaTech pour affirmer que l'Europe « devrait avoir une vision forte et puissante » de l'avenir qui encourage les entrepreneurs.

Son entreprise, fondée en 2019 et basée dans la pittoresque ville de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, crée de grands modèles linguistiques pour les entreprises et le gouvernement.

Lors de l’une des plus grandes levées de fonds jamais réalisées par une entreprise technologique européenne, Aleph Alpha a levé plus de 500 millions de dollars à la fin de l’année dernière.

Andrulis parle de créer une IA « souveraine », mais sa définition n’est pas liée à la situation géographique.

Pour Andrulis, la souveraineté semble plutôt être un concept plus philosophique.

"La souveraineté signifie la capacité d'assumer la responsabilité de l'avenir", a-t-il déclaré lors du panel de mercredi.

—Thomas Wolf, visage câlin

Le Français Thomas Wolf, qui montera sur scène vendredi, a déclaré à l'AFP la semaine dernière que c'était un "appel du cœur" qui l'avait poussé à se lancer dans l'IA.

L'homme de 39 ans a passé des années à faire des recherches sur la physique quantique mais a arrêté en 2016 pour fonder Hugging Face, une plateforme collaborative de modèles d'IA, avec deux autres Français.

"La physique était frustrante car il fallait trois ans pour faire une expérience, alors qu'avec l'IA, en quelques semaines, on peut faire des choses incroyables", a-t-il déclaré.

Wolf, comme ses compatriotes de Mistral, est un champion des modèles d'IA open source.

Hugging Face affirme avoir plus d'un million de programmes utilisés par 11 millions de clients dans le monde.

Après avoir levé 235 millions de dollars en août dernier, la startup franco-américaine est valorisée près de 4,5 milliards de dollars.

Et comme ses compatriotes européens, Wolf, qui a créé son entreprise à New York, estime que le continent a un avenir radieux.

"Nous sommes une entreprise américaine car il était très difficile de lever de grosses sommes d'argent à Paris", a-t-il déclaré.

"Aujourd'hui, ça a vraiment changé, on peut lever 200 millions de dollars à Paris."

© 2024 AFP

Citation: Les stars européennes de l'IA sortent de l'ombre américaine (23 mai 2024) récupéré le 26 mai 2024 sur

Ce document est soumis au droit d'auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d'étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.




Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top